Certains articles de presse donnent la nausée

Je ne peux m’empêcher de réagir à la lecture de l’article titré « Une cabane est disponible, une aubaine pour tous les amoureux de l’île » paru dans le Sud-Ouest du 11 mai.

Il y a des jours ou la presse me donne la nausée ! Même si les faits sont vrais (bien que la cabane n°57 du quartier Saous de l’île aux oiseaux ne soit pas « libre » mais vacante), l’auteur masqué de cet article (M.B.) donne de fausses joies à ses lecteurs. Si, comme la plupart des lecteurs, on ne lit que les gros titres, on peut effectivement croire à l’aubaine ! Mais dites-moi, M. M.B., au moment où vous avez rédigé cette publicité provocatrice, avez-vous pensé ou imaginé une seconde pourquoi cette cabane était soit-disant libre ? Elle est vacante à cause d’un deuil !

Avez-vous alors pensé, M. M. B., qu’à la lecture de votre article, des familles aient, une fois encore, le cœur déchiré. Et ne nous faites pas croire que cet article était indispensable, la parution réglementaire ayant été déjà faite.

Il serait bon qu’un jour, après avoir consulté les horaires des marées, vous enfiliez votre gilet de sauvetage et que vous veniez à la rencontre des vrais amoureux de l’île. Vous comprendriez (peut-être) alors comment, pour la majorité des ayants-droit encore vivants et leurs enfants, il est douloureux de supporter un règlement rédigé sur des bases qui ne contentent personne et qui portent en elles les prémisses d’une spoliation programmée.

Maintenant, vous pouvez aussi, afin que l’ombre des cayocks s’efface désormais derrière celle des corbeaux (Corvus corax), donner l’âge (et pourquoi pas les bulletins de santé) des titulaires actuels des cabanes et ainsi faire des suppositions sur les prochaines vacances (pas les congés)... Mais, heureusement, l’espérance de vie augmente…. Et oui, aujourd’hui, les seules cabanes « libres »sont des cabanes vacantes pour cause de décès.

Voilà pourquoi je suis aujourd’hui triste et dégoûté, et je redoute votre prochain article, ou celui d’un de vos confrères, écrit dans le seul but du sensationnel, sans qu’il soit pris la peine de mieux connaître les choses dont on parle.

T.D.

Association des concessionnaires, locataires, occupants et usagers de l’Île aux oiseaux pour la défense du paysage naturel et bâti

© ACLOU /  À propos de ce site - Contact - Plan du site